Un drainage dans les règles de l'art

Drainage des parois verticales

Quand faut-il drainer une paroi ?

La partie 4 du DTU drainage 20.1 précise les cas où il y a risque de stagnation des eaux de ruissellement au contact de la paroi, suffisante pour que l’eau pénètre dans le bâtiment à travers le mur ou en cheminant à travers sa fondation. Dans ce cas, faire un drainage est rendu nécessaire.



- Terrain peu perméable (ex : argile, limon).

- Terrain en déclivité vers le bâtiment.

- D’autres cas existent et sont laissés à l’appréciation du maître d’ouvrage.


Récapitulatif des cas de nécessité de drainage :

Nécessité de drainage
Situation du terrain Sommet d’une colline, terrain plat ou en déclivité à partir du bâtiment En pente vers le bâtiment ou dans une cuvette
et et/ou
Type de terrain Terrain perméable (graviers, sables, ...) Terrain faiblement perméable (argile, limon, ...) ou à perméabilité douteuse
Drainage non nécessaire Drainage nécessaire

Comment drainer la paroi ?


Le DTU ayant cours dans le drainage des parois verticales est le DTU 20.1 : Ouvrages en maçonnerie de petits éléments - Parois et murs - Partie 1-1 : Cahier des clauses techniques types.




Rappel :

La couche d’étanchéité bitumineuse ou d’imperméabilisation de la paroi ne peut aucunement servir de drainage de la paroi. En effet, l’opération de remblaiement, le tassement différentiel du remblai, ainsi que la stagnation d’eau à leur contact occasionneraient des fissures dans le matériau d’étanchéité, fissures dont l’amplitude est souvent supérieure à la capacité d’élongation des enduits classiques.



Extrait du DTU 20.1 :

7.4.2.4.2


Le drainage est nécessaire


7.4.2.4.2.1

Murs de catégorie 2


En complément des dispositions citées au 7.4.2.4.1.1, un dispositif de drainage vertical doit être prévu (nappes à excroissances, murs en éléments creux, géotextiles).


Le drainage vertical sera relié au drainage en pied.


7.4.2.4.2.2

Murs de catégorie 1


Ils doivent être étanchés comme indiqué au 7.4.2.4.1.2. L’étanchéité doit être protégée par un dispositif faisant également office de drainage tel que nappes à excroissances, murs en éléments creux, géotextiles, suivant les spécifications de l’ATec ou DTA 5) correspondant qui prend en compte les profondeurs d’enfouissement.



Le drainage vertical sera relié au drainage en pied.



Résumé des situations imposant ou non de faire un drainage au niveau des parois verticales enterrées :

Situation du terrain Sommet d’une colline, terrain plat ou en déclivité à partir du bâtiment En pente vers le bâtiment ou dans une cuvette
et et/ou
Type de terrain Terrain perméable (graviers, sables, ...) Terrain faiblement perméable (argile, limon, ...) ou à perméabilité douteuse
Besoin de protection à l'eau Mur de catégorie 1(1)
(La paroi borde un local noble, habitable, aucune trace d’humidité n’est acceptée sur sa face intérieure)
Étanchéité(2)
+ NEPE de protection simple
Étanchéité(2)
+ NEPE de protection et drainage à géotextile intégré : + remblai du site
Mur de catégorie 2(1)
(La paroi borde un local non habitable type chaufferie, garage ou certaines caves, des infiltrations limitées peuvent être acceptées par le maitre d’ouvrage)
Imperméabilisation(3)
+ NEPE de protection simple
Imperméabilisation(3)
+ NEPE de protection et drainage à géotextile intégré : + remblai du site
Mur de catégorie 3(1)
(La paroi n’assure que la fonction de résistance mécanique, par ex. dans le cas de vides sanitaires ou murs périphériques de terre-plein)
Une NEPE à excroissances à géotextile intégré renforce le comportement durable de l’ouvrage vis-à-vis des eaux de ruissellement

NEPE = Nappes à Excroissances de Paroi Enterrée


(1) voir le § 6,3 de la norme P 10-202-2 d’avril 1994 – DTU 20.1 – « Ouvrages en maçonnerie de petits éléments – Parois et murs ».

(2) Étanchéité, par exemple membranes soudées ou membranes auto-adhésives.

(3) Imperméabilisation, par exemple noirs de fondation appliqué sur un enduit ciment, mortiers hydrofuges ou pâte épaisse bitumineuse.

Exemple:

image quel drain pour le batiment
numero1 drainae paroi verticale

Maçonnerie ou béton banché

numero2 drainae paroi verticale

Nappes à excroissances de protection et drainage

numero3 drainae paroi verticale

Non-tissé filtrant intégré à la nappe

numero4 drainae paroi verticale

Remblai

numero5 drainae paroi verticale

Imperméabilisation ou étanchéité

Exemples de mise en œuvre conforme au DTU 20.1 :

image tuyau de drainage

Sans isolation de paroi enterrée

image drainage de maison individuelle

Avec isolation de paroi enterrée (type PU extrudé)

Pose de la nappe à excroissances

Les modalités de mise en œuvre de la nappe à excroissance de protection et drainage de la paroi sont précisées dans l’Avis Technique du CSTB n°7/13-1559.

Le DTU 23.1

(NF P 18-210. Travaux de bâtiment. Murs en béton banché.) conseille également le drainage des murs en béton banché, dans les même conditions que le DTU 20.1.

Drainage périphérique

Le DTU ayant cours dans le drainage périphérique du bâtiment est le DTU 20.1) : Ouvrages en maçonnerie de petits éléments - Parois et murs - Partie 2 : Règles de calcul et dispositions constructives minimales.

Il préconise un réseau de drainage (un ouvrage destiné à collecter et à évacuer les eaux du sol) des murs périphériques quand le terrain de fondation est peu perméable (argile, limon...), pour éviter que les eaux d'infiltration s'accumulent le long du mur enterré.

La conception est précisée :


carre_jaune

Un réseau de drainage ceinture le bâtiment, le fil d’eau ne doit pas descendre en dessous du niveau des fondations

schema drainage périphérique construction
carre_jaune

Des regards de diamètre suffisant pour permettre un entretien, munis de bouchons de visites doivent être implantés au point haut du drain sous-sol, à chaque changement important de direction du tuyau, au raccordement de drainage de deux drains.



carre_jaune

Un principe de mise en œuvre est décrit :

Une zone de collecte et évacuation des eaux :
- comportant souvent un tuyau non corrodable et imputrescible, de diamètre déterminé en fonction de la quantité d’eau avec un minimum de 100 mm et d’une pente comprise entre 3 et 10 mm par mètre

Des matériaux filtrants :
- soit : plusieurs couches de matériaux granuleux dont la granulométrie est Croissante dans le sens de l'écoulement de l'eau. La granulométrie de 2 couches successives doit être choisie de telle sorte que les particules les plus fines de la première couche ne puissent être entraînées par l'eau dans les vides de la deuxième couche. image DTU

- soit : l’utilisation d’un non tissé synthétique imputrescible type polyester d’au moins 200 g/m² enveloppant complétement ou partiellement un remplissage en cailloux image DTU



carre_jaune

Un drainage ne doit être conçu que si la bonne évacuation des eaux captées est envisageable. Un drainage périphérique ne doit pas être mis en œuvre dans le cas où le sol est baigné par la nappe phréatique .



image1 infiltration